Penser,      une aventure

de l'esprit!

des écueils                

     des livres

Terminale ES

 

Terminale L

 

Terminale S

 

Terminale STG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trois écueils de la philosophie

La philosophie est une matière nouvelle, une sorte de météorite qui tombe du ciel sans crier gare. Une langue inconnue, des auteurs illisibles... On peut cependant baliser le chemin.

- Elle exige l'acquisition d'une certaine culture philosophique: connaissance des auteurs, des problématiques, des concepts, de l'histoire... Elle ne peut donc se réduire à l'expression de ses opinions, même si cette expression est une première étape pour développer une pensée.

-Elle exige une méthodologie. Pour l'analyse de texte, il s'agit de rendre compte de la thèse de l'auteur et de son intérêt philosophique. Pour la dissertation, il s'agit de poser et de traiter une problématique en s'inspirant de réflexions personnelles et des auteurs assimilés. Ces exercices supposent un savoir faire qui s'acquiert à travers la pratique. Philosopher ne peut se limiter à une discussion spontanée, même si l'échange des idées est un passage obligé.

-Ces deux exigences étant travaillées, la philosophie ne peut se réduire à l'application d'une méthode et à la récitation d'un cours sur une notion ou sur un auteur. La pensée s'organise, se noue autour d'une problématique sans trop savoir comment ni pourquoi. Philosopher est alors plus proche d'un acte créateur (l'art) que d'une démonstration mathématique.

Philosopher est une pensée "en acte" qui offre un réel plaisir, plaisir à partager. On s'étonne du chemin parcouru au terme de l'effort.

retour de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livres conseillés

Les auteurs de références sont en général illisibles pour un élève de terminale, il se trouve cependant des livres qui présentent la philosophie sous forme de roman. Leur lecture est une bonne initiation:

-Vendredi ou Les limbes du Pacifique de Michel Tournier. Cette histoire Robinson analyse la déshumanisation causée par la solitude et met en valeur les conditions de notre humanité.

-Ishmael, de Daniel Quinn, présente l'histoire d'un gorille qui prend conscience de lui-même et s'interroge sur l'homme et la culture occidentale.

-Le monde de Sophie, de Jostein Gaarder, développe l'aventure d'une jeune fille qui se laisse initier à la philosophie en parcourant les grandes étapes de son histoire. Une intrigue pationnante accompagne cet itinéraire.

-Si c'était un homme, de Primo Lévi. L'auteur fait le récit de son passage en camp de concentration. Les questions radicales que toute conscience se pose surgissent avec une force incontournable. Il faut s'accrocher... Ce livre manifeste le prix de la vie humaine et de la démocratie. Lecture obligée.

Pour apprendre à nager, il faut se jeter à l'eau. L'eau est froide et le sol se dérobe. Pour philosopher, il faut se jeter dans les contradictions de la pensée. Les textes sont arides, les certitudes se dérobent. Mais le plaisir est à la hauteur des difficultés rencontrées.

Bon courage,                                                                                            retour de page

Jean-Paul SAUZET